Ersen Sarioskan

Photo : Ersen Sarioskan ©

New York City

12:50 pm

Habitué à de longs voyages, les huit heures de vol s’étaient cette fois encore longuement étendues, étirées jusque NY-JFK dans le quartier de Jamaica.
Sur un panneau je lis : ‘no cameras allowed in the immigration line’. Je suis bel et bien sur le sol des Etats-Unis.
Je suis pris par l’envie immédiate, grandissante et frénétique de déposer mon sac à dos et de sortir mon appareil photo.

New York ; cette ville dont on dit qu’elle ne dort jamais est maintenant sous mes pieds.

Je foule ses pavés, ses rues, ses trottoirs. Toute la ville entre en moi et je vois défiler dans ma tête les images des plus grands photographes américains, Gary Winogrand, Lee Friedlander… Je suis sur leurs traces.

Big Apple : tout est plus grand, plus haut, plus large. Une véritable effervescence, une énergie nouvelle s’empare de moi, m’agite. Je bouge au rythme de la ville, des avenues, des affiches, des enseignes lumineuses…

Je confronte mes rêves d’Amérique à la réalité, j’ai l’impression d’entendre Franck Sinatra, de revoir Taxi Driver et d’autres films tournés dans Brooklyn, China Town ou Harlem.

Mais aujourd’hui New York m’appartient, je la dévore des yeux et je veux que mes photos soient le témoignage de mes émotions, de tous les sentiments qui se bousculent en moi. Avec mon appareil photo, je dois désormais devenir l’auteur, l’acteur du spectacle qui s’offre à moi pour en restituer une image singulière et fidèle à ce que je suis en train de vivre. C’est le défi que je me suis fixé.

 

www.ersensariozkan.com

Exposition à la salle du Conseil, Olne
Rue Village 91, 4877 Olne centre (Face au bureau de Police)